aspirer


aspirer

aspirer [ aspire ] v. tr. <conjug. : 1>
XIVe; « souffler » 1160; lat. aspirare « souffler vers »
I(Sens étym.)
1 V. tr. ind. ASPIRER À : porter ses désirs vers un objet. Aspirer à un titre. ambitionner. Aspirer ardemment à la possession d'un bien. désirer, souhaiter; prétendre. Le bonheur auquel j'aspire. soupirer (après). Ce à quoi j'aspire. « Je n'aspire plus qu'à rentrer dans ma solitude et à quitter la carrière politique » (Chateaubriand).
2 V. tr. (repris au lat.) Phonét. Émettre (un son), en soufflant. Aspirer un h anglais. P. p. adj. Abusivt Le h aspiré, en français. 1. h.
II V. tr. (1393 « attirer en inspirant »)
1Attirer (l'air) dans ses poumons. inspirer. Absolt Aspirer et expirer. respirer.
2Attirer (un fluide) dans le nez, la bouche. absorber, avaler, humer, inhaler, 2. priser, renifler, sucer. Aspirer une boisson avec une paille. « il ouvrait les narines pour aspirer les bonnes odeurs de la campagne » (Flaubert).
Attirer (un fluide) dans un appareil en créant un vide. Les pompes aspirent, refoulent ou compriment les fluides. absorber, pomper.
⊗ CONTR. Dédaigner, renoncer (à). — Expirer, refouler.

aspirer verbe transitif (latin aspirare, souffler) Absorber l'air, un gaz, etc., par les voies respiratoires, le faire pénétrer dans les poumons : Il ouvrit la fenêtre pour aspirer un peu d'air frais. Attirer un liquide en créant un vide partiel ; déplacer un fluide pouvant entraîner ou véhiculer des matières solides : Aspirer la poussière de la moquette. Réaliser une aspiration. ● aspirer (synonymes) verbe transitif (latin aspirare, souffler) Absorber l'air, un gaz, etc., par les voies respiratoires, le...
Synonymes :
- brûler de
- désirer
Contraires :
Attirer un liquide en créant un vide partiel ; déplacer un...
Synonymes :
Contraires :
aspirer verbe transitif indirect Être porté à faire quelque chose par un désir profond : Aspirer au repos.aspirer (synonymes) verbe transitif indirect Être porté à faire quelque chose par un désir profond
Synonymes :
- prétendre à
- rêver
- soupirer après
Contraires :
- faire fi de
- mépriser
- négliger

aspirer
v.
rI./r v. tr. dir.
d1./d Attirer un fluide. Aspirer l'air, l'eau.
Pp. adj. Le volume d'air aspiré.
|| (S. comp.) Attirer l'air dans ses poumons. Aspirer lentement.
d2./d PHON Prononcer en expulsant de l'air au fond du gosier. Aspirer une consonne.
|| Pp. adj. H aspiré: signe (la lettre h) qui interdit la liaison.
rII./r v. tr. indir. Fig. Désirer fortement, ambitionner. Aspirer aux honneurs, au repos.

⇒ASPIRER, verbe.
A.— Emploi trans. dir.
1. Absorber par les voies respiratoires; respirer; inhaler. Aspirer de la fumée de tabac. Anton. expirer, exhaler, respirer :
1. Je respire, j'aspire la nuit, la nuit entre en moi par je ne sais quelle inconcevable, quelle inimaginable brèche de l'âme. Je suis moi-même nuit.
BERNANOS, Journal d'un curé de campagne, 1936, p. 1113.
2. P. ext.
a) Recueillir dans un vide ou déplacer en créant un vide. Aspirer un liquide, une prise de tabac; aspirer par tous ses pores :
2. Pendant deux mois, l'air est sans cesse renouvelé dans le flacon de la manière suivante : plusieurs fois par jour, on chasse l'air ancien en l'aspirant avec la bouche par le tube à potasse, tandis qu'on fait pénétrer de l'air neuf par le tube à acide sulfurique.
J. ROSTAND, La Genèse de la vie, 1943, p. 76.
HYDRAULIQUE. ,,Aspirer se dit de l'action d'une pompe qui attire, élève l'eau en faisant le vide. Pompe, tuyau qui aspire l'eau avec force`` (BESCH. 1845). ,,Pétroles : vider un réservoir à l'aide d'une pompe`` (Lar. encyclop.).
b) Attirer de façon irrésistible (dans un vide). Être aspiré par le vide, par un gouffre :
3. C'est une de ces mers mortes qui s'étendent comme l'azur des flots purs, mais dans lesquelles le nageur sent de plus en plus s'engluer ses pieds dans une vase bitumineuse qui l'attire à elle, l'aspire, l'engloutit.
A. DUMAS Père, Le Comte de Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 166.
Au fig. :
4. ... Rome gagne et perd avec la régularité d'un organisme vivant; elle aspire, si je l'ose dire, les peuples latins, sabins, étrusques, et, devenus romains, elle les respire au dehors dans ses colonies.
MICHELET, Introd. à l'Histoire universelle, 1831, p. 416.
Emploi pronom. à valeur passive (cf. également CLAUDEL, Art poétique, 1907, p. 199) :
5. Soudain, un vide se produisit dans l'agglomération humaine; la masse s'aspirait vers l'arrière; on dégageait.
BARBUSSE, Le Feu, 1916, p. 347.
TECHNOLOGIE
DORURE. ,,On dit que la couleur aspire l'or, pour dire qu'elle l'attire ou qu'elle le retient`` (GATTEL 1841).
TRAV. PUBL. ,,Se dit des pierres, dont quelques-unes sont par leur nature plus propres que d'autres à s'unir avec le mortier`` (JOSSIER 1881).
c) MUS., PHONÉT. ,,Prononcer plus ou moins fortement de la gorge`` (Ac. 1835-1932); altérer (un son ou une articulation) :
6. Il faut supprimer : toutes les lettres qui ne se prononcent pas; toutes celles qui aspirent inutilement la consonne qu'elles précèdent (...). Les consonnes aspirantes seraient plus difficiles à éliminer. Cependant phtisie est inadmissible et ftisie ne l'est guère moins; il faudrait ici se guider sur l'analogie, sur l'italien, sur l'ancienne langue, et dire tisie. Remplacer ph par f : la réforme est faite pour fantôme, fantaisie; elle s'appliquera à tous les mots analogues avec la même facilité.
GOURMONT, Esthétique de la lang. fr., 1899, p. 64.
Rem. On relève dans la docum. le néol. aspireur, euse, adj. (M. ROLLINAT, Les Névroses, 1883, p. 121; suff. -eur2). Qui aspire.
B.— Emploi trans. indir. Désirer ardemment et prendre des dispositions pour réussir.
1. [Le compl. est un subst. ou un pronom pers.]
a) Aspirer à. Aspirer aux honneurs et aux profits, aspirer à la considération, aux éloges, aspirer à la main d'une personne :
7. ... les Hollandais, jusque-là nos alliés, se crurent perdus et ameutèrent l'Europe contre le roi de France qu'ils accusaient d'aspirer à la « monarchie universelle ».
BAINVILLE, Histoire de France, t. 1, 1924, p. 239.
Se préparer à être candidat à. Aspirer au brevet élémentaire (COLETTE, Claudine à l'école, 1900, p. 15); aspirer à une congrégation (BENOIT, L'Atlantide, 1919, p. 190).
P. métaph. [Pour indiquer l'impression de mouvement que donne à un édifice sa hauteur] Cf. ex. 11 :
8. Ces voûtes aspirant au ciel, ces nervures élancées, ces chapiteaux fleuronnés, ces orgues immenses, les plus vastes que je connaisse, sont faits, à coup sûr, pour abriter les longues théories menées en éclatants costumes...
DU CAMP, En Hollande, 1859, p. 15.
P. ext. iron. du précédent. Le nez aspirant à la tombe (cf. également STENDHAL, Lucien Leuwen, t. 2, 1836, p. 59) :
9. Il vit là, enrageant de n'être pas préfet, s'embêtant fort, prétendant qu'il s'amuse, et aspirant à l'héritière comme le nez du père Aubry à la tombe.
FLAUBERT, Correspondance, 1853, p. 311.
b) Rare
Fam. Aspirer après. Soupirer après :
10. ... j'aspire après une semaine ou deux de repos absolu...
BALZAC, Correspondance, 1835, p. 662.
Aspirer vers. Tendre vivement vers :
11. En un mot, voyez le château du dehors, il aspire vers le ciel, si solide, si bien ordonné, clair et poli comme l'acier. À y grimper la pensée même glisse...
NERVAL, Le Second Faust, 1840, p. 239.
Rem. Ex. unique d'emploi trans. dir. (au passif) dans ce sens, p. anal. et symétrie avec envisagé : ,,... une réalisation partielle ou totale des fins envisagées ou aspirées`` (Traité de sociol., t. 2, 1968, p. 124).
2. [Le compl. est un verbe à l'inf. dont le suj. est commun à celui de aspirer] :
12. On dirait que ma volonté s'éveille au sein de ma vie, qu'elle aspire à devenir la conscience de mon destin...
J. BOUSQUET, Traduit du silence, 1935-36, p. 9.
a) Aspirer à. Aspirer à descendre (p. allus. à CORNEILLE, Cinna, II, 1 : ,,Et monté sur le faîte, il aspire à descendre``) :
13. Vous avez bien fait : vouloir être de l'Académie, c'était sans contredit aspirer à descendre.
P.-L. COURIER ds Lar. 19e, 1866.
b) Vieilli, littér. Aspirer d'être (cf. P. JANET, Les Obsessions et la psychasthénie, 1903, p. 43) :
14. Je n'avais pas de modèle de ce que j'aspirais involontairement d'être.
BARRÈS, Mes cahiers, t. 1, 1896-98, p. 21.
3. Rare. [Le compl. est un adv.] Aspirer haut, ailleurs. Viser haut, etc. :
15. ... le peuple, orphelin, pauvre, intelligent et fort; placé très bas, et aspirant très haut...
HUGO, Ruy Blas, 1838, p. 333.
C.— Emploi abs.
1. Faire une aspiration; attirer ou absorber par aspiration :
16. Mais l'autre amour se tient à toutes ces portes par lesquelles nous recevons la vie,
La bouche qui goûte et qui boit, les narines qui aspirent, les oreilles et les yeux qui écoutent et qui considèrent.
CLAUDEL, La Jeune fille Violaine, 2e version, 1901, I, p. 579.
2. Éprouver des aspirations, des ambitions :
17. L'égalité des droits, c'est-à-dire cette même faculté pour chacun d'aspirer, de prétendre et d'obtenir, était un des grands traits du caractère de Napoléon...
LAS CASES, Le Mémorial de Sainte-Hélène, t. 2, 1823, p. 368.
Rem. Aspirer/prétendre. ,,Aspirer à une chose, c'est simplement la désirer : prétendre à une chose, c'est la vouloir, la revendiquer, ou espérer de l'obtenir en vertu d'un droit que l'on a ou que l'on croit avoir. (...) Le plus souvent on aspire en secret; mais on prétend toujours ouvertement, on fait valoir ses prétentions. Prétendre à la main d'une jeune personne, c'est se croire digne de cette jeune personne et avoir quelques droits à devenir son mari.`` (SARDOU 1877).
PRONONC. :[], j'aspire []. Enq. :// (il) aspire.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. Ca 1165 « envoyer son souffle vers qqn, d'où inspirer » (G. D'ARRAS, Eracle, 632 ds GDF. Compl. : Gardez ne li reprouvez mie Vostre bien fait ne vostre amour, Mais merciez l'en nuit et jour Que il vous a se aspiree Et tel entention donee), seulement en a. fr.; XVe s. « souffler » (Le livr. du Faucon, Anc. poés., t. 12, p. 266 : Lorsque zephyrus, le gracieulx vent, commence a aspirer sur les arbres), encore au XVIe s.; mentionné ds ROB. comme ancien; 2. 1262-68 « respirer » (BRUNET LATIN, Trésor, éd. Chabaille, 172 ds T.-L. : cil esperis a ses voies au parfont de la mer, par ou il aspire aussi comme l'ome fait par les narilles); d'où 1393 « attirer par le souffle » (Ménagier, éd. Slatkine, t. 2, p. 257 : et sur le pertuis vous adentez gueulle bée pour aspirer la fumée de l'eaue qui passera par le pertuis); p. ext. a) 1696-1701 « absorber » (P. Le Comte ds Trév. 1740); b) 1814 mécan. pompe aspirante (part. prés. adj.) « qui attire, élève en faisant le vide » (BERNARDIN DE ST PIERRE, Harm. nat., Livre III, p. 187); c) 1529 gramm. « prononcer plus ou moins fortement de la gorge » (G. TORY, Champ fleury, f° 52 v° ds Romania, t. 65, p. 166); 3. XIVe s. aspirer à « tendre à, porter ses désirs vers un objet » (G. LE MUISIT, Poésies, éd. Kervyn de Lettenhove, I, 285 ds T.-L. : Tous clergiés as honneurs va partout aspirant); d'où 1496 aspirant part. prés. subst. « celui qui aspire à un titre, à une fonction » (Statuts des peintres, ap. OUIN-LACROIX, Hist. des anc. corporations de Rouen, 746, ds R. Hist. litt. Fr., t. 2, p. 263 : Les Aspirants a la maistrise des dicts mestiers).
Empr. au lat. aspirare, au sens 1 « souffler vers » (VARRON, Rust., 1, 57, 1 ds TLL s.v., 840, 15), d'où « inspirer » (VIRGILE, En., 8, 373, ibid., 840, 82); au sens 2 « respirer » en lat. médiév., XIIe-XIIIe s. (Carmina Burana, 150, 3, 1 ds Mittellat. W. s.v., 1046, 20); au sens gramm. 2 c (QUINTILIEN, Inst., 1, 4, 14 ds TLL s.v., 840, 60); au sens 3 (LUCILIUS, Sat., 825, ibid., 841, 49).
STAT. — Fréq. abs. littér. :1 791. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 2 905, b) 2 572; XXe s. : a) 2 502, b) 2 254.
BBG. — DUCH. 1967, § 5. — JOSSIER 1881. — NOTER-LÉC. 1912. — NYSTEN 1814. — PIERREH. Suppl. 1926.

aspirer [aspiʀe] v. tr.
ÉTYM. V. 1165 « souffler de l'air » (jusqu'au XVIe); 1262-1268 « respirer »; lat. aspirare « souffler vers », de ad-, (→ 1. A-), et spirare « respirer » (→ Expirer; respirer).
———
I V. tr. ind. (Sujet n. de personne).
1 Vx. (Encore au XVIe). Souffler.
1 Zéphirus, le gracieux vent, commence à aspirer sur les arbres, plantes, herbes et arbustes.
Anciennes poésies françaises, XII, 266, in Huguet.
2 (XIVe). Fig.
Aspirer à : porter ses désirs vers un objet. || Aspirer à un titre, à une dignité. || Aspirer au pouvoir, à la présidence, à l'empire, à la couronne. || Aspirer ardemment à la possession d'un bien. Désirer, souhaiter; prétendre, tendre (à), courir, soupirer (après). → Lever, porter les yeux sur… || Aspirer à une dot. || Je n'aspire à rien d'autre qu'à la paix. Ambitionner.(Suivi de l'infinitif). || Aspirer à réussir, à plaire.Vx. || Aspirer de réussir.
2 À de plus grands honneurs faut-il qu'un père aspire ?
Corneille, Horace, IV, 2.
3 Et monté sur le faîte, il aspire à descendre.
Corneille, Cinna, II, 1.
4 Remarquez bien cette expression, lui disait-il (Jean Racine à son fils) avec enthousiasme. On dit : aspirer à monter; mais il faut connaître le cœur humain aussi bien que Corneille l'a connu, pour avoir su dire de l'ambitieux qu'il aspire à descendre.
Louis Racine, Mémoires sur la vie de Jean Racine.
5 Je consens, ou plutôt j'aspire à ma ruine.
Corneille, Polyeucte, IV, 2.
6 Il m'a plu sans peut-être aspirer à me plaire.
Racine, Bajazet, I, 3.
7 On dit que tes désirs n'aspirent qu'à me plaire.
Racine, Alexandre le Grand, IV, 3.
8 Qui ne sent pas ces nobles mouvements qui font aspirer aux grands postes, ne sent pas aussi ceux qui nous font oser de grandes actions.
Massillon, Bénédictions des drapeaux du régiment de Catinat.
9 Quand on aspire à la gloire, il faut se faire lire à Paris; quand on veut être utile, il faut se faire lire en province.
Rousseau, Julie, t. I, p. 16.
10 Je n'aspire plus qu'à rentrer dans ma solitude et à quitter la carrière politique.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. V, VII.
11 (L'âme) Aspire à la lumière et tend vers l'idéal.
Hugo (→ Alourdir, cit. 4).
12 Cette affreuse sensation de stérilité en cette saison où tout aspire à se reproduire.
Montherlant, les Jeunes Filles, p. 153.
REM. On dit le seul bien auquel j'aspire, ce à quoi j'aspire… Où est archaïque dans le seul bien où j'aspire :
13 Et l'hymen d'Henriette est le bien où j'aspire.
Molière, les Femmes savantes, I, 4.
14 C'est le genre de beauté où les plus vains puissent aspirer.
La Bruyère, les Caractères, XII, 32.
15 Là, je m'enivrerais à la source où j'aspire;
Là, je retrouverais et l'espoir et l'amour (…)
Lamartine, l'Isolement.
Vx. Être candidat. || Aspirer au bachot (correspond au sens archaïque de aspirant).
Par métaphore. (Littér., vx). || Une tour qui aspire au ciel.
Rare. || Aspirer après qqch., soupirer après. || Aspirer vers qqch., tendre vivement vers.
Absolt. || La faculté « d'aspirer, de prétendre et d'obtenir » (Las Cases, in T. L. F.).Vx. (Avec un adverbe). || Aspirer haut : viser haut.
———
II V. tr. dir. (1393, « attirer en inspirant »). [Sens de « attirer », seul cour. en emploi concret].
1 (Sujet n. d'être animé). Attirer (l'air…) dans ses poumons. Inspirer. || Aspirer et expirer l'air. Respirer. || Aspirer une odeur par le nez, de l'air par la bouche. Absorber, avaler, humer, inhaler, priser, renifler, sucer, 1. super. || Aspirer l'air frais; (littér.) aspirer la fraîcheur de l'air.
16 Et chaque souffle enfin que j'exhale ou j'aspire.
Lamartine, Harmonies…, I, 1.
17 Elle écoutait le chant du nocturne pêcheur,
De la brise embaumée aspirait la fraîcheur.
Lamartine, Harmonies…, Le premier regret.
18 (…) ils aspiraient à pleins poumons la fraîcheur de l'air.
Flaubert, Salammbô, VII.
19 Et il ouvrait les narines pour aspirer les bonnes odeurs de la campagne, qui ne venaient pas jusqu'à lui.
Flaubert, Mme Bovary, I, 1.
Par métaphore ou fig., littér. Absorber.
20 Et, comme le soleil aspire la rosée,
Dans ton sein à jamais absorbe ma pensée.
Lamartine, Méditations poétiques, « La prière ».
21 Sur la seule figure expressive de Balzac, aspirant la vie par les yeux, les narines, la bouche, aurait dû se concentrer l'attention.
Georges Lecomte, Ma traversée, p. 220.
2 Attirer dans un vide ou attirer en faisant un vide.
a (Sujet n. d'être animé). Attirer (un fluide, une substance) dans le nez, la bouche. Absorber, avaler, humer, inhaler, priser, renifler, sucer. || Aspirer une boisson avec une paille. || Aspirer une prise de tabac.
b (Fin XVIIe). [Le sujet désigne un dispositif, un mécanisme ou la personne qui le fait agir]. Attirer les fluides en faisant le vide. || Les pompes aspirent, refoulent ou compriment les fluides ( Aspirant [I.], aspirateur, compresseur, exhausteur, pneumatique, pompe, siphon, soufflet, ventilateur). Absorber, pomper.
Par comparaison (au passif) :
21.1 De toutes les cours, comme aspirés, les enfants refluaient vers le collège (…)
Montherlant, la Relève du matin, I, 4.
c (Sujet n. de chose).
21.2 Le crâne de Mamie luisait entre les mèches jaunies et sa bouche vide aspirait les joues.
F. Mauriac, le Sagouin, IV.
3 Attirer irrésistiblement. || Une vase « qui l'attire à elle, l'aspire, l'engloutit » (A. Dumas père, in T. L. F.).Être aspiré par le vide.
Techn. (dorure). || Une couleur qui aspire l'or, qui l'attire, le retient.
——————
aspiré, ée p. p. adj. et n.
1 Air aspiré et air expiré.Air, fluide aspiré (par une pompe, etc.).
2 Phonét. (repris au latin). || Consonne aspirée, occlusive aspirée, dont la production s'accompagne d'un souffle dû à l'air expiré. Aspiration.Spécialt. H aspiré en anglais, en français (ex. : hep !). Aspiration, fricative, glottale, laryngale.Par ext. (emploi inexact). || H aspiré en français : h initial qui interdit la liaison, dit aussi h de disjonction, opposé au h muet.
22 L'h dite aspirée ne comporte en réalité aucune aspiration et note seulement qu'il ne doit pas y avoir de liaison ni d'élision avec le mot précédent : c'est honteux, la hâte.
Grammaire Larousse du xxe s., p. 42.
N. f. || Une aspirée : une consonne aspirée.
23 Si l'aspiration est très forte, les aspirées tendent à passer dans le groupe des affriquées.
Bertil Malmberg, la Phonétique, p. 49.
CONTR. (De I.) Dédaigner, négliger; renoncer (à).(De II.) Expirer, souffler. — Refouler. — Gonfler.
DÉR. et COMP. Aspirant, aspirateur, aspiratoire. Aspiré-soufflé. Préaspirée.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • aspirer — ASPIRER. v. a. Attirer l air avec la bouche. Il est opposé à Expirer, suivi d un régime.Aspirer, en termes de Grammaire, signifie, Prononcer de la gorge, ensorte que la prononciation soit fortement marquée. Il y a de certains mots dans la langue… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • aspirer — ASPIRER. v. act. Attirer l air avec la bouche. Il est opposé à expirer, & n est guere en usage qu en Physique. Aspirer, Se dit en Grammaire, & signifie, Prononcer en aspirant, ce qui rend la prononciation plus forte. Il faut aspirer l h dans… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • aspirer — Aspirer, et respirer, Anhelitum recipere, ac per vices reddere, Spirare, Aspirare, Respirare. Aspirer et tascher de parvenir à quelque chose, Aspirare ad rem aliquam …   Thresor de la langue françoyse

  • Aspirer — As*pir er, n. One who aspires. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • aspirer — index candidate Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • aspirer — (a spi ré) v. a. 1°   Attirer l air dans ses poumons. Aspirer l air. Le poumon qui aspire et expire l air. Le cheval aspire l air de ses larges naseaux. •   Et chaque souffle enfin que j exhale ou j aspire, LAMART. Harm. I, 1.    Absolument.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ASPIRER — v. a. Attirer l air extérieur dans ses poumons. Il est opposé à Expirer, verbe actif. Aspirer une grande quantité d air. On suce en aspirant avec plus ou moins de force.   Il se dit, par extension, De l action par laquelle une pompe aspirante… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ASPIRER — v. tr. Attirer l’air extérieur dans ses poumons, par opposition à EXPIRER. Aspirer une grande quantité d’air. Aspirer l’air à pleins poumons. Il se dit, par extension, de l’Action par laquelle une pompe attire, élève l’eau en faisant le vide. Le… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Aspirer — Aspiration Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom …   Wikipédia en Français

  • aspirer — noun see aspire …   New Collegiate Dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.